Le Monthly Post – Février et Mars 2020

April 2, 2020

 

N’ayant pas publié le monthly post de février, je vais tâcher ce mois-ci de faire une chronique deux en un. Si vous la lisez jusqu’au bout, vous y trouverez un certain nombre de choses à lire, voir et écouter, idéal pour ceux qui manquent un peu d’inspiration en ces temps de confinement.

 

Côté blog

 

En février, j’ai publié Au Mexique, la guerre aux femmes : si la condition des femmes reste à améliorer aux quatre coins du globe, j’ai tenu ici à attirer l’attention sur le manque d’égalité et de justice dont souffrent les femmes au Mexique. La situation est telle que de nombreux rassemblements ont eu lieu dans différentes villes mexicaines le 8 mars dernier et qu’un « paro nacional » a été mis en place le jour suivant : l’objectif était que les femmes ne sortent pas de chez elles afin de démontrer ce que serait une société sans femmes.

 

En mars, j’ai publié trois articles :

 

- Ode à ma génération – La génération Y, celle des Millennials où j’aborde sans filtres l'histoire de ma génération, celle qui, pour la première fois au monde, sera pire que les précédentes selon les sociologues.

- Les deux premiers chapitres d’une nouvelle que j’ai intitulé Nos vanités (Chapitre 1 – Un nouvel an entre amis et Chapitre 2 – La menace). C’est la première fois que je partage l’une de mes fictions sur le blog alors n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez : elle est en lien avec l’actualité.

 

Côté expat

 

Si je suis honnête, je dirais que c’est une période difficile bien que je relativise sachant que je suis loin d’être à plaindre. Je supporte difficilement la politique mexicaine : c’était déjà le cas avant mais c’est pire depuis que le monde entier fait face à la pandémie de coronavirus. La gestion de cette dernière au Mexique mérite bien-sûr un article mais je n’ai pas encore trouvé l’angle à partir duquel aborder les choses. Quoiqu’il en soit, je ressens le décalage culturel d’autant plus fort et les incertitudes quant au futur sont nombreuses.

 

Côté running

 

 

En février, pour la troisième année consécutive, j’ai participé au 21 km des Tarahumaras. Cette course s’est révélée être mon 21 km le plus rapide : 2h10 au lieu de 2h20 l’an dernier et de 2h35 auparavant (et même une fois 2h39 lors d’une course extrêmement difficile par forte chaleur). J’étais donc gonflée à bloc et ce d’autant que j’ai vraiment profité de la course. À aucun moment je ne me suis sentie mal ou désespérée et j’ai effectué la seconde moitié du parcours plus rapidement que la première, ce qui est le signe d’une bonne gestion de course.

 

Le 8 mars dernier, j’ai participé pour la troisième fois aux 10 km de Los Duendes à San Pedro et ce fut comme toujours un plaisir. C’était la première fois que je faisais un 10 km en moins d’une heure en contexte de course. Le bémol : Andy souffre d’une déchirure musculaire profonde et n’a pas pu y participer.

 

Et puis, comme beaucoup d’entre nous, j’ai dû mettre la course entre parenthèses suite au confinement. En trois ans, c’est la troisième fois que je me vois forcée de reléguer la course, les deux fois précédentes étant dues à deux chirurgies du pied…C’est assez désespérant de s’entraîner, de tout donner pour s’améliorer et de devoir repartir à chaque fois de zéro

Monterrey n’est absolument pas pensée pour les piétons (il n’y a pas de trottoirs par exemple) donc même en voulant courir très tard le soir ou très tôt le matin afin de ne croiser personne, c’est impossible ; sans compter que je vis à flanc de montagne et que la première vague de chaleur vient de s’abattre. Le seul moyen est de se rendre dans un parc or ils sont fermés pour des raisons évidentes.

Je supportais déjà difficilement Monterrey donc c’est compliqué même si certes, j’ai la chance d’avoir un appartement spacieux : je donnerais n’importe quoi pour un jardin et un bout de verdure.

 

Afin de ne pas rien faire, je continue mes cours de yoga via zoom, je fais de l’elliptique (j’ai réussi à m’en faire prêter un) et je fais des routines de renforcement musculaire, d’abdos, de stretching…Celles de Running Addict et de Madfit sont géniales.

 

Quotidien

 

J’ai dû mettre l’activité de Sauvage – La novia libre, le showroom de robes de mariée que j’ai lancé en novembre dernier en stand-by. Je ne peux me permettre de recevoir des clientes bien que j’observe d’autres business le faire…J’essaie néanmoins d’élaborer une stratégie pour l’après…

En parallèle, je continue la traduction d’une biographie historique, du français à l’anglais, pour le compte d’un client mexicain, j’écris, je lis, je fais du sport, je cuisine…un peu comme tout le monde en confinement j’imagine (si j’en crois les réseaux sociaux).

 

Lu

 

J’ai enfin achevé la lecture d’Attachement féroce de Vivian Gornick, un livre publié en 1987 assez court mais que j’ai eu toutes les difficultés du monde à terminer tant je n’étais pas intéressée. L’auteur, journaliste américaine, fait revivre sa relation éprouvante avec sa mère dans le Bronx. Je n’ai pas aimé le style décousu de la narration.

 

Côté articles, j’ai été fascinée par L’héritage féministe du rouge à lèvres paru dans le Courrier International (texte original de CNN Atlanta) où j’ai appris que le rouge à lèvres avait été une arme de résistance et d’émancipation pour les femmes. Saviez-vous par exemple qu’Elizabeth Arden avait distribué des rouges à lèvres aux suffragettes en 1912 ? Ou bien que le gouvernement américain lui avait demandé de développer un rouge à lèvres et un vernis à ongles réglementaires pour les femmes militaires ? Courrez lire l’article : c’est passionnant.

 

Dans un autre registre, je me suis inscrite à la nouvelle newsletter de Garance Doré que j’ai découverte il y a quelques années suite à une recommandation de Mathilde, expatriée à Boston et auteur du blog Le blog de Mathilde. C’est drôle, frais, piquant, intelligent, c’est du Garance quoi.

 

Enfin, dans le registre « crise du corona », j’ai beaucoup apprécié les deux articles suivants de Ciccia&Cerva : Coronavirus en Italie, bienvenue dans un monde parallèle et Coronavirus : Liberté ou Fraternité ? Amélie et Laura, expatriées à Turin, partagent leur expérience depuis le début de la pandémie et abordent la délicate question identitaire lorsque l’on est expatrié, d’autant plus renforcée dans ce contexte.

 

Vu

 

Amateurs d’architecture et de décoration, foncez voir The World's Most Extraordinary Homes sur Netflix. Piers Taylor (architecte renommé) et Caroline Quentin nous emmènent découvrir d’improbables constructions aux quatre coins du globe.

 

Côté film, j’ai vu Zodiak qui m’a franchement déçue, Donnie Darko, un film sur la schizophrénie où Jake Gyllenhaal s’est véritablement fait connaître comme acteur (et on comprend pourquoi) et Misery, thriller des années 90, adapté du roman éponyme de Stephen King : un classique !

 

Enfin, j’avais oublié de mentionner dans la chronique de janvier que j’ai été épatée par la série The Morning Show produite par Reese Whiterspoon où elle joue elle-même aux côtés de Jennifer Aniston et Steve Carell. La série aborde sans détour la question de l’abus sexuel au travail et si vous n’avez jamais vraiment été séduit par Jennifer, généralement cantonné à des rôles de comédie, sachez qu’elle y dévoile (enfin) tous ses talents d’actrice.

 

Entendu

 

Deux épisodes du podcast French Expat : l’interview de Sabrina qui a fait le choix avec son mari de s’expatrier à Austin au Texas où son fils aîné, autiste, bénéficie d’une meilleure prise en charge qu’en France et l’interview de Fanny, expatriée avec sa famille dans le Wisconsin.

 

J’ai par ailleurs découvert le podcast Histoire de succès : j’ai écouté l’épisode Marine Leleu, d’Enduro Woman à Business Woman (j’avais déjà eu la chance d’écouter Marine dans le podcast du Gratin) et l’épisode Jeanne Siaud-Facchin, la psy des zèbres (mais pas que). Si vous ne la connaissez pas, Jeanne s’est spécialisée dans l’accompagnement des enfants et des adultes dit surdoués qu’elle appelle les zèbres. Son livre Trop intelligent pour être heureux est à cet égard une vraie mine et défait toutes les idées préconçues sur le sujet.

 

Je reconnais qu’au vu du contexte actuel, j’ai doublement écouté la radio de BFM ainsi que France Inter afin de suivre comment les choses se déroulent en France.

 

Enfin, question musique je vous recommande Riopy, un pianiste et compositeur français né en 1983, dont je trouve les mélodies envoutantes. 

 

Fait

 

 

Beaucoup de cuisine !

 

J’aime

 

Revenir à l’écriture…

 

 

Photo Instagram la plus likée du mois :

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

You Might Also Like:

Mes recommandations culturelles mexicaines

July 29, 2020

La vie à Coronalandia

July 18, 2020

1/15
Please reload

A propos

Tout a commencé par un semestre d’étude…cela s’est terminé en déménagement. Moi c’est Hélène, et je me suis installée au Mexique en Juillet 2016, époque à laquelle j’ai débuté le blog. A French in Mexico, c’est l’histoire d’une française (moi) qui vit au Mexique et qui écrit plein de choses sur le voyage et la vie à l’étranger. Je partage ma découverte du pays et de sa culture, mais aussi mon expérience sur la vie d’expatriée, sa richesse, ses challenges et ses difficultés.

Plus d’informations sur mon parcours, ainsi que mes coordonnées de contact, sont disponibles dans la rubrique « A propos ». Bonne lecture à tous!

 

En savoir plus

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com