Voyage de printemps en Europe / 1 – Le marathon de Paris, Giverny et ballades parisiennes.

December 16, 2019

 

Pas beaucoup d’escapades cette année comparé aux années précédentes mais néanmoins un beau voyage au printemps où Andy et moi avons rejoint le continent européen comme nous l’avions fait en décembre 2017 (voir les articles Innsbruck sous la neige, Vienne en Histoire et Un noël et un nouvel an à Paris.

 

Nous sommes partis trois semaines (je suis restée plus longtemps pour présenter des examens à l’université) et notre séjour s’est divisé en trois étapes : plusieurs jours en région parisienne avec comme événement majeur le marathon de Paris que nous avons couru tous les deux ; quatre jours à Malaga dans le sud de l’Espagne avec une incursion d’une journée à Grenade ; et quatre jours dans le sud de la France où nous avons bougé entre Avignon, Nîmes, Arles, les Saintes-Maries-de-la-Mer et le village de Gordes.

 

Alors que l’année touche à sa fin, j’ai décidé de remonter le temps et de retranscrire les souvenirs de ce voyage en commençant par les jours passés en Ile-de-France. Qu’y a fait la Parisienne que je suis ?

 

Le marathon

 

 

Organisé par Schneider Electric, ce marathon éco-responsable s’est révélé être l’événement majeur de notre séjour parisien, celui pour lequel nous nous étions préparés durant les trois derniers mois écoulés avant notre départ. Ce fut une expérience formidable mais pour en savoir plus, je vous invite à lire l’article Le marathon de Paris : mon premier vrai marathon.

 

Notre Dame avant qu’elle ne brûle

 

 

Cela faisait depuis longtemps qu’Andy rêvait d’entrer dans Notre Dame de Paris mais à chaque fois que nous avions tenté d’y aller, il y avait trop de monde. Cette fois-ci nous n’avons quasiment pas eu de queue (c’était un vendredi matin) et nous avons donc pu la visiter. Je l’avais vu enfant mais mes souvenirs étaient flous. Qu’en dire ? La cathédrale est sublime et l’histoire de sa construction à travers les siècles impressionnante mais je n’y ai pas ressenti d’émotion particulière, peut-être à cause du bruit ambiant. Je n’ai évidemment pas pu m’empêcher de penser au roman de Victor Hugo en me disant qu’il était peut-être temps que je le lise. Le lundi suivant notre visite, l’arrière de la cathédrale s’est enflammé suite à la négligence d’ouvriers. Je m’estime donc heureuse d’avoir pu finalement la voir avec Andy.

 

Un Tea time près de la place des Vosges

 

 

J’ai eu le plaisir de retrouver l’une de mes cousines chez T’Cup à côté de la place des Vosges. Thé, mini club sandwiches, scones et retrouvailles : que demander de plus ?

 

Une paella pour l’anniversaire de sœurette

 

 

Qui dit voyage en France, dit famille avec un grand F. Ça passe toujours trop vite mais quand je fais le bilan, je me demande toujours comment je suis parvenue à caser autant de moments auprès de mes proches. L’une de mes sœurs a célébré ses 23 ans et avait émis le souhait d’une paella : ma mère s’est exécutée !

 

Le 19ème : un arrondissement en pleine mutation.

 

 

On me gâte toujours beaucoup trop quand je rentre en France. Cette fois-ci ma sœur et ma maman nous ont fait la surprise de louer un petit bateau via Marin D’Eau Douce afin de remonter le canal de l’Ourcq depuis le bassin de La Villette. J’ai adoré l’expérience. Il faisait beau et la promenade au fil de l’eau en vaut définitivement la peine. Le 19ème qui n’a pas toujours eu bonne presse est en profonde mutation. De nouveaux bars et restaurants voient le jour le long des quais, de nouvelles résidences aussi et je dirais que c’est très attractif pour qui veut investir à Paris sans se ruiner. Il y règne une atmosphère jeune et familiale et pour les amoureux du running comme moi, la nature ne manque pas. 

 

 

Ober Mamma : beaucoup de bruit pour pas grande chose.

 

 

Beaucoup de monde (dont mes beaux-parents) m’avaient recommandé le restaurant italien Ober Mamma situé sur le boulevard Richard Lenoir dans le 11ème, le premier né du groupe Big Mamma monté par de jeunes entrepreneurs sortis d’HEC. À chaque fois que nous avions voulu y aller durant nos précédents voyages, c’était plein à craquer et ils ne prennent pas de réservation. Cette fois-ci c’était la bonne et…bof. Le service est beaucoup trop long et peu (pour ne pas dire pas) professionnel. Quant à la nourriture c’est bon mais pas exceptionnel non plus. Au vu de la réputation du lieu, j’en attendais plus.

 

La librairie Artazart sur les bords du canal Saint Martin

 

 

Sur les bords du canal Saint Martin, l’un de mes endroits favoris de Paris, se trouve la librairie alternative Artazart. Livres de voyage, d’art, de mode, d’art de vivre, magazines, affiches, carnets…c’est ma caverne d’Ali Baba.

 

 

Des cornes de gazelle à Belleville

 

 

Quand je vivais à Paris, mon appartement était situé entre les stations de métro Goncourt, Belleville et Parmentier. J’adore le quartier car c’est en fait la fusion de plusieurs microcosmes. Goncourt mène au canal Saint Martin et à République. Belleville est à la fois chinois et arty et en continuant vers le nord on arrive au parc des Buttes Chaumont. Entre Belleville et Parmentier à l’est on passe par Ménilmontant et toutes ses épiceries arabes ainsi que sa mosquée. En continuant vers le nord-est, on arrive sur le Cimetière du Père Lachaise. Enfin de Parmentier, on peut remonter vers Bastille ou descendre sur Oberkampf où ça devient bobo.

 

 

En face de mon immeuble se trouvait une église et en remontant un peu la rue Saint Maur, il y avait une école juive. J’aimais vivre à ce carrefour où je pouvais trouver de tout, littéralement. C’est donc avec plaisir que j’ai fait une halte dans mon quartier, en descendant des Buttes Chaumont, et que je me suis acheté des cornes de gazelle dans une pâtisserie maghrébine ainsi qu’une sauce harissa pour le couscous de ma sœur.

 

 

Le spectacle du Moulin Rouge

 

 

C’était le cadeau de noël d’Andy. Je ne suis absolument pas attirée par les cabarets mais je savais qu’il rêvait de ce spectacle qu’il considère comme quelque chose de parisien par excellence. Mon verdict ? Bien que je n’apprécie pas le cabaret (c’est un fait et je n’y pourrais rien changer) le spectacle était beau et très bien exécuté. Je me serais bien passée des poneys et des serpents sur scène (je suis CONTRE l’usage des animaux à visée touristique, expérimentale, etc…) et je ne comprends toujours pas pourquoi ce sont toujours les femmes qui sont à poil sur scène mais dans le style cabaret, je ne peux que dire que c’était excellent.

 

Un brunch chez Angelina

 

 

Quand je suis en vacances, en voyage, j’aime profiter et m’autoriser des choses que je ne fais habituellement pas. Alors oui, Angelina c’est touristique et cher, il faut parfois faire la queue, mais je fonds pour leurs pâtisseries et leur chocolat chaud. Entre deux examens universitaires, Andy et moi y avons donc brunché et on en a profité !

 

Immortaliser ses 30 ans

 

 

Un ami du papa d’Andy qui est mexicain et vit à Paris nous a proposé une session photos et Andy et moi nous sommes prêtés au jeu. On s’est dit que ça pourrait être sympa d’immortaliser nos trente ans.

 

Découvrir l’Orient des peintres

 

 Jardin du Ranelagh - Paris 16

 

J’ai visité l’exposition L’Orient des peintres avec mes sœurs au musée Marmottan Monet près du Ranelagh. J’ai beaucoup aimé cette rétrospective où on voit la fascination qu’a exercé l’Orient sur les peintres et l’interprétation qu’ils en ont donné. Mais ce qui m’a le plus séduit c’est la collection permanente avec les nombreuses toiles de Claude Monet. Après avoir vu une multitude de ses peintures dans différents musées, y compris une salle gigantesque au Art Institute de Chicago, je suis époustouflée par la productivité de ce peintre.

 

S’envoler sur les toits de Paris

 

Ma belle-mère m’a offert une expérience FlyView que j’ai fait avec mes sœurs après l’expo et un brunch au Pain Quotidien. Il s’agit d’un vol virtuel sur les toits de Paris. J’ai adoré cette simulation qui offre un autre point de vue sur la capitale. On survole l’obélisque de la Concorde, Notre Dame, la Seine…c’est magique.

 

S’échapper à Giverny : dans les pas de Claude Monet.

 

 

Comment ne pas être séduit par la beauté de Giverny et la maison de Claude Monet ? Nous nous y sommes rendus en famille durant le week-end de Pâques ce qui a sans nul doute compliqué notre visite au vu de l’afflux de personnes mais ce fut sublime. D’une part il m’a semblé inacceptable d’accepter autant de visiteurs car nous avancions littéralement au pas et en file indienne dans le jardin de Monet. D’autre part, il faisait un temps magnifique et tant le jardin japonais comme la maison étaient plein de charme. J’aime tellement Monet que j’étais heureuse de découvrir enfin ses sources d’inspiration.

 

 

Profiter des amis

 

 

Je n’ai pas eu l’opportunité durant ce voyage de voir beaucoup d’amis. Je suis néanmoins parvenue à passer une nuit chez ma meilleure amie à côté de Vendôme en région Centre-Loire. Au programme, bonne bouffe maison, bon vin et jeux de société.

 

Profiter de la famille

 

J’ai également pu passer une nuit chez ma tante dans la vallée de Chevreuse où je me suis empiffrée de lasagnes saumon-épinards et de tarte à la tomate. À chaque fois que je vais en France, j’ai l’impression de faire le plein de nourriture française pour le reste de l’année. Je me souviens que c’était le week-end qui précédait mon vol pour le Mexique et que la chaleur du foyer de ma tante ne m’incitait pas à reprendre l’avion le lendemain. Eh oui, même après trois ans d’expatriation c’est toujours difficile de partir.

 

Présenter des examens

 

 

J’ai présenté les examens du second semestre de ma L1 en Humanités que j’effectue à distance avec l’université de Nanterre. Ça n’en n’a rendu le séjour que plus intense car je devais réviser et je ne me sentais pas si bien préparée. Mais en définitive, j’ai validé mon année. Il n’est pas certain que je vais pouvoir poursuivre ce programme mais j’en parlerai dans un article ultérieur. En attendant, je vous invite à voir les articles L’expatriation, source de projets et L’expatriation : et si c’était une opportunité pour se réinventer ?

 

Apprécier la capitale

 

 

Enfin qui dit pour moi retour en France dit tout simplement pérégriner dans les rues de Paris sans but particulier. J’aime me promener, rentrer dans des boutiques au hasard, prendre un café, regarder les gens passer...C’est tout simplement ça apprécier Paris.

 

 

Prochain épisode de mon périple de printemps : Malaga et l’Alhambra à Grenade.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

You Might Also Like:

Le Monthly Post – Février et Mars 2020

April 2, 2020

Nos vanités / Chapitre 2 - La menace

March 27, 2020

1/15
Please reload

A propos

Tout a commencé par un semestre d’étude…cela s’est terminé en déménagement. Moi c’est Hélène, et je me suis installée au Mexique en Juillet 2016, époque à laquelle j’ai débuté le blog. A French in Mexico, c’est l’histoire d’une française (moi) qui vit au Mexique et qui écrit plein de choses sur le voyage et la vie à l’étranger. Je partage ma découverte du pays et de sa culture, mais aussi mon expérience sur la vie d’expatriée, sa richesse, ses challenges et ses difficultés.

Plus d’informations sur mon parcours, ainsi que mes coordonnées de contact, sont disponibles dans la rubrique « A propos ». Bonne lecture à tous!

 

En savoir plus

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com