Retour en mots et en images sur 2021



2021 s’est révélée être une année de changement et aussi de quelques voyages, une année fort différente de la précédente.


Un déménagement à Mexico motivé par des raisons professionnelles – mais aussi personnelles – des rencontres, ainsi que deux escapades en Californie et un retour en France, après deux ans et demi d’absence, ont affecté mon quotidien en profondeur.


Le blog en a beaucoup pâti car je ne suis pas parvenue à écrire régulièrement, d’où l’article Le blog au point mort ? Et si on faisait le point publié en septembre dernier. Malgré tout, je suis toujours là et je ne me résous pas à l’abandonner.


Voici le retour, en mots et en images, sur 2021 et ses milles couleurs.


Les bilans des années précédentes sont disponibles dans les articles suivants : 2020 : blog, vie pro et expatriation au Mexique, 2019 : le bilan du blog et de l’année, 2018 : le bilan du blog et de l’année et L’année 2017 : le bilan.



Côté Expatriation et vie pro


Cela fait désormais presque un an que j’ai emménagé à Mexico. J’ai vécu auparavant 4 ans et demi à Monterrey, capitale de l’Etat du Nuevo León, et je possède ma résidence permanente depuis près de 3 ans. Je n’ai jamais écrit et n’écrirai probablement jamais à ce sujet car je n’aime pas donner au blog un aspect « administratif ». Je suis consciente que de nombreux lecteurs sont à la recherche d’informations relatives à l’immigration et aux mariages franco-mexicains mais je doute être la mieux qualifiée pour répondre sur ces sujets. Le plus simple est de visiter la page de l’INM et/ou de contacter un avocat spécialisé en immigration et fiscalité pour ceux qui projettent d’entreprendre au Mexique.



Si j’ai déménagé dans la capitale mexicaine c’est principalement pour mon activité professionnelle, à savoir Sauvage – La novia libre, un showroom de robes de mariée de créateurs français. Le style des robes était trop avant-gardiste pour le marché nord du Mexique encore conservateur et traditionnel et les ventes ne décollaient pas. Il faut dire que la pandémie n’a pas aidé (lire Lancer sa boîte à l’aube d’une pandémie). Les clientes qui me contactaient, principalement via Instagram, se trouvaient toutes à Mexico, je suis donc allée au-devant d’elles et c’est définitivement la meilleure décision que j’ai prise. Relocaliser mon entreprise, où il existe un marché même s’il est encore de niche, m’a permis de la développer. J’ai rencontré de nombreuses personnes appartenant à l’industrie du mariage, notamment au travers de campagnes et photoshoots – wedding planners, photographes, vidéastes, journalistes, RP, maquilleurs, fleuristes, créateurs – ce qui m’a permis d’étendre mon réseau et j’ai travaillé, beaucoup travaillé. Aujourd’hui, les bases de Sauvage sont plus solides et le potentiel de croissance, malgré la pandémie, est bel et bien réel.



J’ai par ailleurs commencé à collaborer en octobre dernier avec le Rêvista – le mensuel de la communauté francophone à Mexico – ce qui me permet de ne pas complètement me détacher de l’écriture.


Côté Vie au Mexique



Si mon déménagement reposait principalement sur des arguments professionnels, il était également nécessaire d’un point de vue personnel : lire De Monterrey à Mexico : une nouvelle page de mon expatriation.


Je n’étais pas épanouie à Monterrey, même si j’essayais toujours de voir les bons côtés, et j’avais besoin de changement : la pandémie s’est révélée être le déclic nécessaire pour sauter le pas. Je connaissais déjà un peu la capitale mexicaine pour y avoir séjourné à plusieurs reprises auparavant (voir A la découverte de Mexico) mais voyager et vivre dans un endroit sont deux choses différentes. En habitant désormais à Mexico, je découvre de nouvelles facettes de la vie au Mexique. Le pays est tellement vaste que les différences culturelles internes sont fortes entre le nord, le centre et le sud et à cet égard, Mexico n’est en rien comparable à Monterrey : ce n’est pas mieux, ce n’est pas moins bien, c’est juste différent. Petite anecdote : Andy qui est originaire du nord a parfois le sentiment d’avoir immigré dans un autre pays. D’une zone géographique à une autre, on ne parle pas pareil (l’accent et les expressions varient), on ne mange pas pareil, on n’a pas le même rythme, les mêmes habitudes, les mêmes coutumes…il faut définitivement que j’écrive à ce sujet !


Pour ma part, même si je n’apprécie bien-sûr pas « tout » à Mexico et même si je ne pense pas y vivre pour toujours, je sais que c’est là qu’y est ma place maintenant alors je vis le moment présent et je ne peux qu’apprécier la possibilité de marcher (Monterrey était à cet égard très américanisé). J’ai retrouvé en quelque sorte un peu de mon style de vie parisien.



Mexico c’est un peu plus de 9 millions d’habitants répartis sur 1 485 km2 à 2 240 mètres d’altitude, c’est de la nourriture à chaque coin de rue, c’est une saison des pluies de la fin mai jusqu’à fin septembre, c’est aussi des tremblements de terre (je n’en n’ai encore vécu aucun), des musées, une immense forêt au cœur de la ville, des montagnes tout autour et une multitude de choses à découvrir. Une vie ne suffirait pas pour connaître Mexico par cœur.


J’ai apprécié cette année pouvoir découvrir la ville voisine de Puebla (lire Un dimanche à Puebla) ainsi que le village de Cholula (article en cours). J’ai également pu retourner, le temps d’un week-end, à San Miguel de Allende, une ville coloniale dans l’Etat de Guanajuato pour laquelle j’ai une affection particulière (voir Indépendance mexicaine à San Miguel de Allende). Et j’ai eu l’opportunité de redécouvrir les canaux de Xochimilco en kayak.


San Miguel de Allende


(J’ai par ailleurs passé un week-end à Acapulco afin de rendre visite à un ami qui y était pour le travail : au vu de la dégradation de la ville et des conditions actuelles d’insécurité, je ne la recommande pas.)


Cholula, Etat de Puebla


Enfin j’ai écrit deux autres articles en lien avec la vie au Mexique : Tulum avant les bobos et Le Jour des Morts au Mexique…en vidéo !


Côté Blog



Voici en chiffres ce qu’a représenté le blog en 2021 :

  • 15 nouveaux articles publiés (contre 29 en 2020, 30 en 2019 et 69 en 2018).

  • 18 000 visiteurs (contre 13 000 en 2020, 11 883 en 2019 et 7 167 en 2018) et 21 000 sessions (contre 16 000 l’an dernier).

  • A l’instar de 2020, la majorité des internautes, soit 89,3%, parviennent sur le blog via recherche Google. Ils étaient 84,4% l’an dernier.

  • L’audience, comme l’année précédente, est majoritairement masculine (54,15 %). 33,5 % ont entre 25 et 34 ans, 27,5 % entre 18 et 24 ans et 15,5 % entre 35 et 44 ans.

  • 61,78 % des visiteurs se connectent depuis la France (ils étaient 58,78% en 2020 et 44,31% en 2019), 14,47 % du Mexique (14,55 % l’an dernier), 5,59 % des Etats-Unis et 5,33 % du Canada. Le reste réside en Belgique, Suisse, Haïti, Royaume-Uni, Espagne et Allemagne.

  • Vous êtes 769 abonnés à la page Facebook (vous étiez 700 en 2020 et 693 en 2019) et 783 sur Instagram (contre 564 en 2020 et 411 en 2019).

  • Enfin les articles les plus lus restent les articles les plus anciens et en particulier ceux qui comportent des informations relatives à la société et l’immigration, dommage car ce n’est pas sur ces thèmes que je souhaite désormais me concentrer.

Conclusion : malgré peu d’articles cette année, l’audience est toujours là mais principalement à la recherche d’informations pratiques, or ce n’est plus ce qui m’intéresse véritablement d’écrire. Pour 2022, je souhaite partager des articles culturels et de voyage.


Côté running



La course à pied, à l’instar du blog, fut en 2021 en chute libre. Je n’ai pas arrêté de courir mais j’ai moins couru et surtout moins bien couru. La différence d’altitude entre Monterrey et Mexico y est sûrement pour quelque chose et je me suis retrouvée en difficulté pour gérer mon temps entre travail, sport et vie personnelle.


J’ai malgré tout participé à trois courses : un 10 km et un 16 km Tune Up organisés au cœur de la capitale ainsi que le semi-marathon de Mexico, qui s’est révélé être le 21 km le plus difficile que j’ai couru, après celui de Saltillo dans l’Etat de Coahuila. Il y avait trop de monde (je précise qu’un test de dépistage négatif ou preuve de vaccination étaient demandés pour pouvoir y participer) et la piste était vraiment difficile. Je me suis également lancé un défi personnel : compléter un duathlon 3 km course – 20 km cyclisme – 3 km course au mois d’août. Une expérience assez solitaire pour laquelle je m’étais fait prêter un vélo de route.


Je pensais que rejoindre l’équipe sportive de Mexico Accueil (association francophone de Mexico) me redonnerait de l’entrain mais en définitive je me suis sentie moins motivée cette année, plus fatiguée, plus sensibles aux douleurs, je suis tombée à deux reprises, me suis blessé le genou droit et je crois que c’est le moment de faire une pause.


Je débute 2022 par une reprise du yoga (que je n’ai pas pratiqué depuis un an) : je suis à cet égard les sessions de Yoga with Adrienne sur Youtube car je n’ai pas envie de me retrouver en salle et ça me donne une certaine flexibilité dans mon emploi du temps. Je continue par ailleurs à faire des séances de fitness avec Madfit et je reprendrais doucement le chemin du running. En réalité je n’ai pas trop le choix car j’ai le semi-marathon de Los Cabos prévu en mars et le marathon de Chicago en octobre (que je reporte depuis 2020) !


Côté voyages


J’ai eu l’occasion de bouger cette année.


Hôtel de ville - San Diego, CA


En avril, j’ai voyagé à trois semaines d’intervalle en Californie où je me suis fait vacciner : lire La vaccination contre le COVID-19 : luxe ou liberté ? La première fois Andy et moi avons passé un long week-end en compagnie de mon beau-frère et de son épouse entre Carlsbad, les vignobles de Temecula et San Diego. La seconde fois nous avons pris le parti de rester une semaine complète et avons visité le parc national de Joshua Tree, Palm Springs et Los Angeles. Nous n’avons définitivement pas apprécié cette dernière dont la réalité est bien différente de ce qu’on nous vend dans les films ou sur papier glacé : le COVID n’y est bien-sûr pas pour rien même si la ville avait déjà commencé à se dégrader auparavant.


Joshua Tree National Park


Palm Springs, CA


Los Angeles, CA


Enfin, j’ai passé un mois complet en France où j’ai célébré mes 33 ans : voir Le « retour » en France, mon « Nord Perdu ».


France


Vu, lu, entendu : ce qui m’a le plus marqué


Voici un échantillon de choses vues, lues et entendues qui m’ont marqué en 2021.


VU :


- Côté séries : les trois premières saisons de House of Cards, que j’ai finalement abandonné par manque d’intérêt. La série n’est certes pas récente mais Andy voulait me la faire découvrir : j’aurais essayé.

La deuxième saison de The Morning Show : j’ai eu un peu de mal à « catch up » au début mais je la recommande vivement. Et puis aussi Firefly Lane et The Bold Type.


- Côté reportage : Operation Varsity Blues qui met la lumière sur des pratiques illégales afin d’intégrer les grandes universités américaines, en particulier celles de l’Ivy League.


- Côté films : The Devil All The Time d’Antonio Campo (très obscur), Pieces of a woman de Kornél Mundruczó (très dur) et No Time to Die, le dernier James Bond, deux fois en salle (cela faisait très longtemps que je n’étais pas retournée au cinéma).


LU :



En vrac :

  • De sel et de fumée d’Agathe Saint-Maur.

  • La rencontre de Charles Pépin, philosophe que j’avais écouté sur les podcasts du Gratin et Vlan.

  • Une culture du viol à la française de Valérie Rey-Robert

  • Les enfants sont rois de Delphine de Vigan

  • Trois baisers de Katherine Pancol

  • Wild de Cheryl Strayed

ENTENDU :


Beaucoup de soul dans le showroom de Sauvage – La novia libre (spéciale dédicace à la playlist Feelin’ Good de Spotify) mais aussi de l’Indie-folk et de la country et trop peu de podcasts.



Le bilan


Plus j’y songe, plus je me rends compte que l’année 2021 a été riche. Elle a également été drainante et je crois que c’est principalement dû à deux facteurs : l’adaptation à un nouveau cadre de vie et mon activité professionnelle en tant qu’entrepreneuse. Chez Sauvage – La novia libre, je suis seule et je fais à peu près tout. Je m’aide bien-sûr de partenaires externes pour l’importation, la comptabilité, les retouches des robes, les campagnes ou des événements particuliers, mais en définitive je suis seule à bord et ça peut se révéler parfois assez stressant.



Le mois dernier, la veille du semi-marathon de Mexico, nous avons eu un accident de voiture. Un ivrogne nous a percuté de plein fouet et a tenté de prendre la fuite. Sous le choc, je me suis extraite du véhicule et me suis mise à courir comme une dératée pour parvenir à enregistrer sa plaque d’immatriculation. Il n’a finalement pas réussi à aller très loin car sa roue avant droite était complètement sortie de son châssis. Il s’en est finalement sorti en lâchant une bonne poignée de billets à la police : c’est aussi ça le Mexique…Comme beaucoup d’amis me l’ont souligné, le principal c’est qu’Andy, nos amis qui étaient à l’arrière et moi-même en étions sortis indemnes, mais cette expérience m’a rappelé à quel point la justice au Mexique n’est qu’un concept très flou et que bien souvent on est toujours seul.


En 2021, j’ai commencé à souffrir d’alopécie (perte de cheveux) sans qu’il n’y ait de cause physiologique à cela, je n’ai pas été « performante » en course à pied et j’ai délaissé un peu plus le blog. Mais en 2021, , l’incendie nocturne déclaré en octobre chez un voisin n’a généré en définitive que des dommages matériels, je n’ai perdu aucun être chez du COVID-19, je ne suis pas tombée malade, j’ai reçu plusieurs fois la visite d’amis de Monterrey à Mexico, j’ai eu l’opportunité de voyager, de retrouver ma famille en France, de faire des rencontres et de développer mon entreprise.



J’avais écrit dans le bilan de l’an dernier : « Je dirais finalement que je n’ai qu’un seul crédo pour 2021 : foi et persévérance. Rien ne demeure immuable, tout change et j’aime à penser que la roue finit toujours par tourner. » Je suis heureuse de retrouver cette réflexion car en définitive, oui, foi et persévérance sont ce qui permet d’avancer. C’est à nouveau mon crédo pour 2022.


Si vous êtes parvenu à lire cet article jusqu’au bout, c’est que vous êtes certainement un fidèle lecteur et je vous en remercie. Si vous avez des questions ou suggestions, n’hésitez pas à les partager en commentaires.

Je vous souhaite une belle année 2022, la santé pour vos proches et vous-mêmes et la réalisation de vos projets.



You Might Also Like: