Yann Tiersen, tu m'as déçu


Samedi dernier, Yann Tiersen, celui que nous connaissons tous comme le compositeur de la bande originale du Fabuleux destin d’Amélie Poulain, était en concert dans une petite salle de Monterrey. C’est la première fois qu’il exécutait une tournée au Mexique et il était fort attendu : le succès d’Amélie s’est étendu bien au-delà des frontières françaises et toutes les personnes qui apprennent le français à Monterrey connaissent Amélie. Andy avait ainsi acheté des tickets pour me faire plaisir mais surtout parce-que lui aussi est un inconditionnel de Yann Tiersen que nous écoutons souvent à la maison, et que nous ne pouvons réduire aux seules compositions d’Amélie, même si elles sont sans conteste incroyablement belles. Samedi, nous nous sommes donc fait une joie de nous rendre au concert. Pour ma part, j’avais l’impression que c’était comme un petit bout de France qui venait à moi, une parenthèses musicale qui me permettrait durant un instant de me sentir chez moi.

Alors que nous prenons nos places, je repère quelques français mais essentiellement des mexicains, pour la plupart relativement jeunes. Beaucoup ont un look un peu hipster et je les suspecte de faire des études d’art ou de design et de traîner dans le Barrio Antiguo, le quartier ancien du centre de Monterrey où l’on trouve des musées ainsi que quelques bars et antiquaires. J’adore ! La scène est minimaliste : un piano, un violon, un xylophone, un reproducteur de bandes audio à l’ancienne et quelques ampoules. Parfait. C’est du Yann Tiersen tout craché, simple, suffisant : on va pouvoir se concentrer sur la musique. Mais Yann n’arrive pas. Je regarde ma montre : il est 20h15. Bon, rien d’anormal. Les artistes sont toujours en retard, pas vrai ? On attend. 20h30 : Yann n’est toujours pas là. Je commence à trouver le temps long, Andy aussi. Il fait finalement son apparition cinq minutes plus tard : il est alors 20h35. Ça commence !

Il joue certaines compositions dont je ne connais pas le nom mais que j’ai déjà écouté et que j’aime. Puis il joue d’autres morceaux qui me sont totalement inconnus mais c’est superbe et je suis à fond. Les 35 minutes d’attente sont déjà oubliées. A certains moments, il abandonne son piano pour le violon ou le xylophone. En fait, il fait toutes les parties musicales d’un même morceau en alternant les instruments. Il est littéralement seul et il est excellent. Puis brusquement, il s’en va ! Le public commence à faire du bruit, taper des pieds, taper des mains et lui demande de revenir (je fais de même). Au bout de cinq minutes, il revient et se met à jouer un autre morceau. Mais à nouveau il s’en va ! Il est alors 21h40 : il a donc joué environ une heure. Je me dis que ce doit être l’entracte mais au fond j’ai un drôle de pressentiment et je ne suis pas si sûre de moi. Certaines personnes ont quitté la salle mais elles sont juste en train de prendre l’air : elles comptent revenir, elles sont persuadées que c’est l’entracte. Yann n’ayant joué aucune chanson d’Amélie, beaucoup se disent qu’il a gardé le meilleur pour la fin. Quel artiste ne joue pas ses classiques ? Mais Yann ne revient pas. D’ailleurs, les assistants sont déjà en train de retirer le matériel de la scène. J’entends des murmures de toutes parts, c’est l’incompréhension. Sur le billet c’est écrit « 20h-22h30 », mais Yann n’a joué qu’une heure ! C’est alors le mécontentement qui succède à l’incompréhension. Les gens sont déçus, Andy est déçu et moi aussi.

Yann n’a même pas salué. On a dû entendre cinq ou six « gracias » lors des applaudissements à a fin des morceaux et…c’est tout. Quand je dis qu’il n’a pas salué, il a juste quitté la scène en faisant un vague signe de la main. Yann nous a servi le stéréotype français du type un peu grossier à l’attitude nonchalante et qui se sent au-dessus de tout. Je suis sans voix. Andy discute avec un assistant technique. Celui-ci se sent un peu honteux alors que ce n’est franchement pas à lui de l’être. Il dit que c’était pareil lors du concert que Yann a donné à Mexico. Tout le monde a été déçu. Je cherche dans ma mémoire un élément de comparaison. Je pense soudainement au concert de Ludovico Einaudi que j’ai vu au Grand Rex à Paris avec Andy il y a deux ans. Une prestation incroyable, magique, et l’impression de faire face à un grand homme qui avait préparé quelques mots en français pour son public et qui les prononçait avec son accent italien chantant. Et là je me dis que Yann, il se fout quand même pas mal du monde. A 67€ le ticket (ce qui est franchement cher pour le Mexique), j’aurais mieux fait de me faire une soirée au resto, ou mieux, de rester à la maison et de me brancher sur Spotify. Ce qui me choque le plus, c’est son attitude. Pourquoi n’a-t-il pas salué et remercié son public ? C’est la première fois qu’il se produit au Mexique et il n’a aucun respect. J’entends quelques mexicains rirent jaune des français…Et voilà, je comprends pourquoi les français traînent ces stéréotypes négatifs et visiblement pas si usés que ça. C’est parce-qu’il y a des Yann pour les véhiculer.

Alors qu’on marche vers la voiture (enfin que je boîte car le test de mettre une tennis normale à six semaines de l’opération est un véritable échec) Andy et moi sommes « speachless ». Je suis dépitée et même un peu triste, il est en colère. Cela fait plusieurs mois qu’on attend ce jour et qu’on se réjouit. Cela fait plusieurs mois que j’attendais ce petit bout de France. Mais Yann ne ruinera pas notre soirée. Sur le chemin du retour, on s’arrête à la Vinoteca (l’équivalent de notre Nicolas en France mais ouvert jusqu’à 23h le samedi) et on s’achète une bonne bouteille de Gamay avec un plateau de fromages et charcuteries. Bon, je n’irais pas à dire que le plateau vaut nos victuailles françaises mais ça fait comme si et ça me réconforte. Arrivés à la maison, on peste encore un peu contre Yann puis on ouvre finalement la bouteille. Avec un verre de rouge (et de Bourgogne !) tout rentre dans l’ordre. Parole d’une française !

You Might Also Like:
IMG_4265
IMG_5337
IMG_4692
IMG_1104
24172240_10212716024489649_1752919120_n
27849115_10213277786053337_401265676_n
14151980_10208785073458330_1486765979_o
IMG_4266
IMG-20160904-WA0011
IMG_5837
IMG_5974
IMG_4268
27783600_10213277794893558_1566077392_n
27848342_10213277786253342_1414262318_n
IMG_1118
IMG_4783
IMG_4939
27848906_10213277774813056_1055473303_n
3
IMG_5328
IMG_4790
IMG_5556
27783078_10213277783373270_615039580_n
27935627_10213277781493223_1995789080_n
27783028_10213277779333169_187263273_n
27848886_10213277778533149_1184820304_n
27939584_10213277786173340_1607138926_n
IMG_5842
IMG_5815
IMG_5485
2
IMG_5477
IMG_4636
IMG_5577
IMG_5447
IMG_5811
IMG_5581
8
12539918_10207030365511728_1315066285_n
IMG_4958
12571382_10207030448833811_1820014040_n
A propos

Tout a commencé par un semestre d’étude…cela s’est terminé en déménagement. Moi c’est Hélène, et je me suis installée au Mexique en Juillet 2016, époque à laquelle j’ai débuté le blog. A French in Mexico, c’est l’histoire d’une française (moi) qui vit au Mexique et qui écrit plein de choses sur le voyage et la vie à l’étranger. Je partage ma découverte du pays et de sa culture, mais aussi mon expérience sur la vie d’expatriée, sa richesse, ses challenges et ses difficultés.

Plus d’informations sur mon parcours, ainsi que mes coordonnées de contact, sont disponibles dans la rubrique « A propos ». Bonne lecture à tous!

 

En savoir plus

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com