Culture : les repas au Mexique

May 3, 2018

 

J’ai mis un peu de temps à comprendre comment fonctionnent les repas au Mexique et pour cause, les Mexicains ont un rythme très différent des Français. Partageant ma vie avec un Mexicain, il nous a fallu accorder nos violons et trouver notre propre rythme, qui nous convienne à tous les deux. Voici donc un petit tour d’horizon des moments de repas au Mexique.

1 – Les Mexicains mangent très vite

 

 

Premier point qu’il me semble important de souligner : les Mexicains mangent vite. Selon une étude de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique) publiée le 5 mars dernier, les Mexicains passeraient 1 heure et 13 minutes à table. A contrario, les Français sont ceux qui passent le plus de temps à table, devant l’Italie, avec une moyenne de 2 heures et 16 minutes par jour : autant dire que c’est presque le double du Mexique. Après presque deux ans, je ne m’y fais toujours pas. Je suis constamment la dernière à terminer mon plat, celle que l’on regarde manger. Le pire est qu’au restaurant, dès qu’une personne a fini son plat, le serveur lui retire son assiette (afin qu’il ne garde pas une assiette vide et « sale » devant lui) et ce au détriment des autres qui sont encore en train de manger. Se retrouver la dernière face à son assiette, ce n’est pas terrible.

 

 

 

               

2 – Le petit-déjeuner est salé et copieux

 

Petit-déjeuner de "huevos mutuleños": œufs au plat accompagnés de frijoles (haricots), jambon, petits pois et sauce montés sur une ou deux tostadas (tortillas grillées) et servis avec de la banane frite.

 

Oubliez la tartine et la tasse de café : au Mexique, le petit-déjeuner est consistant. Il existe mille et une façons de cuisiner les œufs et il y a d’autres options telles que les chilaquiles, les tacos mañaneros ou les pancakes (dit « hot cakes »). Lorsque vous avez ingéré un « desayuno mexicano », vous êtes généralement calé, et ce parfois jusqu’au soir dans mon cas.

 

 

3 – Le déjeuner : repas le plus important de la journée.

 

 

Le déjeuner qui a généralement lieu vers 14h est le repas le plus important de la journée car c’est le repas familial. Problème : cette tradition est difficilement conciliable avec la vie moderne. En réalité, c’est le moment où les enfants terminent l’école au Mexique : l’idée est alors de passer les récupérer et de déjeuner en famille à la maison. Mais comment font donc les parents ??? Premièrement, beaucoup de femmes ne travaillent pas. Deuxièmement, beaucoup d’employés ont 2h voir 2h30 de pause déjeuner (j’ai même vu des extensions jusqu’à 3h), ce qui leur donne le temps de manger chez eux. Le cas le plus classique est donc que la maman récupère les enfants à l’école et que le papa rejoigne sa famille à la maison pour déjeuner avant de retourner ensuite au travail et donc de finir très tard…

 

Dans le cas où les deux parents travaillent, ce sont généralement les grands-parents qui passent à l’école ou une baby-sitter. Dans une société encore conservatrice mais qui est en mutation, avec de plus en plus de femmes qui travaillent (même si ce n’est pas comparable à la France), la tradition du déjeuner familial devient compliquée, en particulier lorsque les personnes ne vivent pas à proximité de leur lieu de travail.

 

Dans la situation où les enfants restent certaines après-midis à l’école pour des activité extra-scolaires, ils emmènent avec eux un panier repas préparé à la maison : il est très rare que les écoles au Mexique disposent de cantine.

 

En France, les enfants quittent plus tard l’école et le repas familial est le dîner : moment où toute la famille a l’opportunité de se retrouver autour de la table et de partager.

 

 4 – Il n’y a pas de goûter

 

Contrairement en France où les enfants ont un goûter, celui-ci n’a pas vraiment lieu d’être dans la mesure où le déjeuner a lieu tard. Ils ont en général plutôt une collation à l’école dans la matinée. En effet ils commencent l’école entre 7h et 7h30 et doivent tenir ensuite jusqu’au déjeuner qui est à 14h. Un petit encas permet de les aider à tenir.

 

5 – Le dîner est très rapide

 

Contrairement en France où le dîner est un moment important pour la famille, au Mexique il a tendance à être expédié. Il est généralement pris sur le pouce, rapidement, voire même individuellement. Chacun grignote et se prépare ce qu’il veut, l’unique exception étant lorsque l’on reçoit des invités. Si vous sortez au restaurant, vous verrez rarement les gens chacun commander à manger : ils vont avoir tendance à partager un plat à plusieurs, goûter, picorer. S’ils sortent, ce n’est pas vraiment pour expérimenter un plaisir gastronomique : c’est plutôt pour partager un moment de convivialité avec des amis. Ils vont plus boire que manger.

 

Dans mon cas, en bonne Française, j’accorde de l’importance au dîner. Andy sait que je fais parfois beaucoup d’efforts pour m’adapter à des coutumes qui ne sont pas les miennes, du coup nous maintenons le dîner à la maison. Chaque soir nous cuisinons, même quelque chose de simple, et nous mangeons ensemble.

 

 Dîner à la maison: pavé de saumon accompagné d'avocat, salades et tomates cherry.

 

               

6 – Manger à toute heure de la journée

 

Au-delà de ce rythme global que j’ai décrit ci-dessus, les Mexicains ont tendance à manger un peu tout le temps, sans que cela ne répondre vraiment à une règle précise. Ils grignotent beaucoup, des snacks salés, sucrés…Ce n’est pas très sain et à cet égard le pays souffre d’un problème majeur d’obésité. J’en parle dans cet article.

 

7 – Manger au cinéma

 

Dans un cinéma au Mexique, il n’y a pas que des snacks et des popcorns. Il y a des hot-dogs, des glaces, de la pizza, des plateaux à partager et parfois même de vrais plats. Cela m’a beaucoup surprise et pour être honnête, je n’ai pas adopté cette coutume : je n’aime pas manger face à un écran et en réalité, je suis même dérangée lorsque les autres mangent autour du moi pendant un film. Cela fait du bruit et ça laisse des odeurs.

 

8 – Les tacos : le remède à tout.

 

 Tacos de fideos

 

Comme je l’ai mentionné à plusieurs reprises, les tacos sont la base de la cuisine mexicaine. On les mange quel que soit le moment. Au retour de soirée, lorsque les Français se préparent généralement une bonne platée de pâtes, les Mexicains passent prendre des tacos.

 

9 – Des gâteaux gigantesques

 

 Crédit photo: Kuchen

 

Au Mexique, la pâtisserie se fait en grand : les gâteaux sont en effet énormes, à plusieurs étages. Les pâtisseries françaises ne sont rien à côté et il est évident que là encore, l’influence américaine avec ses grandes portions est très forte. En outre ils contiennent énormément de sucre et pour moi qui n’y suis pas habituée, c’est tout simplement indigeste à la fin d’un repas. Si je suis invitée chez quelqu’un, pour ne pas vexer, je partage ma part avec quelqu’un. A l’instar des tacos, il n’y a pas vraiment d’heure pour les gâteaux. Lorsqu’en France on mange le gâteau, ou dans l’après-midi (goûter), ou en guise de dessert à la fin du dîner (pour un anniversaire par exemple), j’ai noté que les Mexicains peuvent vous inviter à partager un gâteau quelle que soit l’heure. On m’a par exemple invité une fois à manger du gâteau à 18h ce qui me contrariait vu que je dînais après, mais comme au Mexique le dîner n’est pas important, le gâteau s’y était en quelque sorte substitué.

 

10 – Mais en définitive, y-a-t-il vraiment des heures de repas au Mexique ???

 

Malgré les grandes lignes que je viens d’exposer ci-dessus, je m’aperçois chaque jour qu’en définitive, les Mexicains mangent à toute heure de la journée. Lorsque j’interroge Andy, il a souvent tendance à me dire qu’au fond, même s’il y a des « grandes règles », elles ne sont pas si importantes que ça et en effet, les Mexicains mangent généralement quand ils le veulent. Contrairement à la France qui est relativement stricte en termes d’hygiène alimentaire, le Mexique a beaucoup de « street food » qui s’articule autour de « puestitos » plus petits que des food trucks où l’on trouve de tout : des chips, des « dulces » (sucreries), des tacos, des elotes (maïs grillé), des hamburgers, des fruits frais coupés, des jus, des glaces…C’est dans la capitale à Mexico que j’en ai vu le plus : il y a en a littéralement partout. La nourriture est donc très accessible et constamment omniprésente. Je partage à cet égard cet article qui résume bien et avec de belles images la street food mexicaine. Si je pousse un peu la réflexion plus loin, je dirais que les Français ont plus tendance à respecter un rythme parce-que leur notion du temps est bien différente de celle des Mexicains. Au Mexique, tout est plus lent, on prend le temps. En France, le dynamisme et souvent la course contre la montre est bien plus palpable.

Dans mon cas, en tant qu’expatriée française au Mexique, je mange définitivement mexicain mais pas tout le temps car inévitablement la cuisine à laquelle je suis habituée me manque. J’ai tendance à éviter la « street food » car si c’est une expérience à vivre, on peut tomber facilement malade. Lorsque la nourriture est en pleine chaleur, elle perd de sa fraîcheur et les étrangers n’ont pas l’estomac aussi résistant que les Mexicains car ils ne sont tout simplement pas habitués. Enfin, en ce qui concerne le rythme, j’ai conservé le mien qui est bien français. Cela ne m’empêche bien-sûr pas de faire entorse à la règle lorsque je suis invitée mais chez moi, l’horloge est plutôt bien réglée.

 

Et vous, de votre côté, comment s’organisent les repas dans votre pays d’origine et/ou votre pays d’adoption ? Avez-vous adopté à 100% le rythme local ou conservez-vous des habitudes propres à votre culture ?

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

You Might Also Like:

Le Monthly Post – Octobre 2019

November 6, 2019

Contre la pression sociale, la liberté de choisir

October 13, 2019

1/15
Please reload

A propos

Tout a commencé par un semestre d’étude…cela s’est terminé en déménagement. Moi c’est Hélène, et je me suis installée au Mexique en Juillet 2016, époque à laquelle j’ai débuté le blog. A French in Mexico, c’est l’histoire d’une française (moi) qui vit au Mexique et qui écrit plein de choses sur le voyage et la vie à l’étranger. Je partage ma découverte du pays et de sa culture, mais aussi mon expérience sur la vie d’expatriée, sa richesse, ses challenges et ses difficultés.

Plus d’informations sur mon parcours, ainsi que mes coordonnées de contact, sont disponibles dans la rubrique « A propos ». Bonne lecture à tous!

 

En savoir plus

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com